Egypte: "vendredi du départ", des centaines de personnes convergent vers la place Tahrir

0 21.11.2011 14:16

Des centaines de personnes commençaient à affluer vendredi matin vers la place Tahrir au Caire, où des milliers de manifestants ont encore passé la nuit, pour le "vendredi du départ" visant à obtenir la démission immédiate du président Hosni Moubarak.Des centaines de personnes faisaient la queue à un barrage militaire pour accéder à la place, épicentre de la contestation depuis le 25 janvier. Chacun était méticuleusement fouillé par les soldats."Nous voulons une deuxième entrée", clamaient plusieurs dizaines de personnes qui convergeaient du pont Qasr el-Nil, redoutant de ne pas pouvoir accéder à la place avant la prière du vendredi vers midi.Le ministre égyptien de la Défense, Mohamed Hussein Tantaoui, s'est rendu place Tahrir pour évaluer la situation, a annoncé la télévision publique, précisant dans un bandeau que le ministre "inspecte la situation place Tahrir".D'après le photographe de l'AFP, des soldats ont demandé aux manifestants de s'asseoir pour que M. Tantaoui puisse s'adresser à eux."L'homme vous a dit qu'il n'allait pas se représenter", a lancé le ministre, en référence au président Hosni Moubarak qui a annoncé qu'il ne briguerait pas un sixième mandat à la présidentielle de septembre. Mais cette annonce n'avait pas apaisé la rue. M. Moubarak a assuré qu'il partirait à la fin de son mandat en septembre, et refusé de s'effacer plus tôt, estimant que le pays risquait le chaos."Ils veulent qu'on se fatigue", explique Hatem, un ingénieur de 29 ans. "Ils disent que nous sommes des Frères musulmans, mais nous ne sommes pas des Frères, nous sommes le peuple", assure-t-il.Dans la nuit de jeudi à vendredi, des milliers de manifestants ont de nouveau bravé le couvre-feu nocturne place Tahrir, campant sous des tentes et se réchauffant autour de feux après une journée de heurts intermittents entre opposants et partisans de M. Moubarak.Au moins huit personnes ont été tuées et plus de 800 blessées mercredi et jeudi matin dans les violences entre les deux camps selon un bilan officiel. Selon un bilan non confirmé de l'ONU, les violences de la première semaine de contestation avaient déjà fait moins 300 morts et des milliers de blessés.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.