Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Arnage Catastrophe : exercice de secours grandeur nature ce mercredi matin

0 24.06.2015 10:00
Classée site Seveso, l'usine Butagaz d'Arnage teste ce mercredi son plan d'urgence auprès de la population.

Classée site Seveso, l'usine Butagaz d'Arnage teste ce mercredi son plan d'urgence auprès de la population.

Photo "Le Maine Libre"

Le site Butagaz d'Arnage procède ce mercredi matin à un exercice de secours grandeur nature.

A 9h23, la sirène a retenti : trois cycles de trois coups brefs et un coup long.

Nous vous annoncions ce mardi que le site Butagaz d'Arnage allait procéder prochainement à un exercice de secours afin de tester les procédures du plan de prévention des risques technologiques, en place depuis novembre 2010, notamment l’organisation des secours et la réaction des habitants.

Pour préserver la "surprise", la date de cet exercice devait être tenue secrète. Mais ce mercredi matin, à 9h23, la sirène a retenti trois fois, lançant le début des opérations.

Les coups de sirène annonçaient une alerte accident technologique. Ici, cela concerne le site Butagaz et les habitants inclus dans le périmètre de sécurité (voir ci-dessous), qui doivent se calfeutrer.

 

« Voir comment réagit la population »

« Le but est de tester la réaction de la population et s’assurer du confinement », explique la préfecture de la Sarthe qui mène l’opération. « Tous les sites Seveso (Etablissement industriel présentant des risques d’accidents majeurs) font cet exercice réglementaire. Il s’agit de tester l’organisation des secours en cas d’incident et de voir comment réagit la population ». Sans toutefois créer de panique.

« Le premier réflexe, en cas d’alerte, c’est d’aller chercher les enfants à l’école », poursuit un responsable. « Or c’est justement ce qu’il ne faut pas faire. Les enfants sont pris en charge. Les gens doivent, eux, rester confinés. »

Ce rappel de consigne ne se fait pas par hasard : dans le périmètre des 600 mètres se trouvent l’école Gérard-Philipe et ses 300 élèves.

Ci-dessous, découvrez ce qu'il faut faire et ne pas faire en cas d'accident :

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.