Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Allonnes "Nous n’en pouvons plus de cette politique d’austérité"

0 03.07.2014 12:34
Une délégation d’Allonnais a déployé une banderole avant d’être reçus par le préfet.

Une délégation d’Allonnais a déployé une banderole avant d’être reçus par le préfet.

Photo "Le Maine Libre"

Une délégation d’une trentaine de personnes est venue en préfecture déposer une pétition contre le gel des APL, mercredi en fin d’après-midi. Ils ont été reçus par le préfet pendant une bonne demi-heure.

Ils sont 532 à avoir signé la pétition. 532 Allonnais à avoir fait part de leur inquiétude concernant le gel des APL (Aides personnalisées au logement) décidé par l’Etat.

Porte à porte, marchés, sorties d’école… Elus et associations se sont mobilisés, avec les habitants, pour dénoncer cette décision prise dans le cadre du plan d’austérité présenté par le Premier ministre.

« Du temps mais plus d’argent pour en profiter »

Mercredi, une délégation d’une trentaine de personnes est venue apporter les pétitions au préfet. A l’instar de Pierre : « Les gens n’y arrivent plus. On supprime les loisirs, les vacances… pour se contenter de l’essentiel, l’alimentaire. On a travaillé toute notre vie et on n’aurait plus aucun droit ? », s’interroge ce jeune retraité.

« Parallèlement, les loyers et les charges, notamment le chauffage, ne cessent d’augmenter. Bientôt on n’arrivera plus à boucler les fins de mois », estime celui qui a « plus de temps mais moins d’argent pour en profiter ».

A ses côtés, Yves acquiesce. Lui est dans le rouge à chaque fin de mois. « Aujourd’hui, ils gèlent les aides au logement mais demain ? Moi je crains qu’ils les suppriment complètement. »

Entendue par le préfet, Naïma n’est pas plus optimiste. Cette jeune mère de famille, qui vit avec son fils depuis novembre à Allonnes, avoue avoir tiré un trait sur ses loisirs.

A la recherche d’un emploi, elle touche le RSA et la Paje pour son enfant. « Le ciné, les sorties, les fringues… Je ne m’autorise plus rien. Ça devient de plus en plus invivable. On ne vit plus, on survit. Je n’ai pas de solution à proposer, je ne suis pas politicienne. On nous demande un effort jusqu’en 2017 mais si on ne fait rien maintenant on sera tous morts de faim d’ici là », assène-t-elle. 

A l’issue de l’entretien avec le préfet, le maire Gilles Leproust a expliqué avoir demandé davantage que le gel des APL. « Dans cette période difficile, nous pensons qu’une revalorisation des aides au logement est nécessaire. »

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.