Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Allonnes Hôpital psychiatrique : l'inquiétude des psychologues

0 04.07.2017 07:41

Le collège des psychologues de l'Établissement public de santé mentale (EPSM) d'Allonnes, inquiet des menaces de suppressions de postes et de fermeturse d'unités de soin qui pèsent sur l'établissement, ont adressé une lettre ouverte afin de rappeler leur mission.

« L'Établissement public de santé mentale (EPSM) de la Sarthe connaît depuis avril des manifestations et un mouvement de grève. Il s'agit de protester contre la suppression annoncée de sept postes dans les secteurs qui accueillent des enfants et des adolescents et d'alerter sur la fermeture prévisible d'une unité de soins dans un pôle adulte.

Ainsi six Centres Médico-Psychologiques (CMP) accueillant des enfants et des adolescents vont rapidement se retrouver privés d'une partie de leurs psychologues. Plusieurs centaines d'enfants vont voir leur suivi s'interrompre brutalement, sans possibilité de relais pour la plupart d'entre eux.

Dans ce contexte, nous psychologues éprouvons le besoin d'expliquer aux usagers et au public quelles sont nos missions dans le pôle de pédopsychiatrie de l'EPSM.

Accueillir et écouter

Nous intervenons sur la demande des familles, notre travail consiste à accueillir et écouter, ainsi qu'à évaluer la souffrance psychique des enfants et de leurs parents. Nous aidons les enfants à se sentir mieux mais aussi à grandir. Nous les aidons à vivre mieux avec les autres tout en développant leur personnalité. Nous leur proposons des suivis psychologiques, parfois des psychothérapies, si nécessaire un soutien à la parentalité. Nous travaillons au sein d'équipes pluridisciplinaires (psychiatres, infirmiers, éducateurs, orthophonistes, psychomotriciens, enseignants spécialisés, assistantes sociales) et nous mettons en place les aides spécifiques que les différents professionnels peuvent apporter. Nous conseillons les familles et les orientons vers certaines démarches.

Long délai d'attente

Nos missions de service public doivent permettre l'accès aux soins pour tous et les contextes de souffrance psychique où nous intervenons sont extrêmement variés : deuil, divorce, traumatisme, maltraitance, abus sexuels, tentatives de suicide, dépression, souffrance à l'école… Ainsi, nous avons affaire à une très forte demande de suivis psychologiques.

Malheureusement, tous les usagers n'ont pas un accès direct aux psychologues du service public. Pour peu que la situation ne soit pas considérée comme urgente, le délai d'attente pour un rendez-vous avec un psychologue peut être très long (plusieurs mois). Cela s'aggravera si nous sommes moins nombreux. Et les parents n'ont, pour la plupart, pas les moyens de payer un psychologue en libéral.

La prévention

Notre rôle de prévention auprès des enfants et des jeunes est primordial. Faute d'être accompagnés précocement, ces derniers peuvent développer des passages à l'acte de type suicidaire, par exemple, ou bien connaître à l'âge adulte une insertion sociale malaisée, des difficultés importantes, voire des pathologies psychiatriques. De plus, les dispositifs d'aide à l'insertion et les hospitalisations coûtent cher à la collectivité. Enfin, l'accueil, l'écoute et l'aide apportées aux familles et aux enfants en souffrance contribuent au signalement de maltraitances et d'abus sexuels.

Réseau

Nous travaillons à la demande des parents qui viennent souvent sur le conseil de tiers. L'école notamment nous adresse des enfants. Nous discutons avec les parents de la situation, de la demande des tiers et des aides à mettre en place.

Nous travaillons en réseau et en partenariat avec les médecins généralistes, pédiatres, services de PMI, lieux de parentalité. Les services de l'Aide Sociale à l'Enfance font régulièrement appel à nous pour les enfants dont ils ont la responsabilité, de même que les éducateurs de prévention, d'Aide Educative à Domicile, AEMO, les assistantes sociales. Les écoles, psychologues ou médecins scolaires, RASED, assistantes sociales, les IME nous adressent régulièrement des enfants ou adolescents, en difficulté sur le plan des apprentissages ou présentant un mal être, des problèmes de comportement.

Du temps

L'approche de la souffrance psychique exige un temps considérable, celui de l'écoute neutre et bienveillante, celui de la recherche d'une aide adaptée, celui du récit de l'histoire de l'enfant, celui de la prise en compte des différents milieux de vie dans lesquels vit l'enfant. Un suivi peut durer de quelques semaines à plusieurs années.

Une partie de notre temps de travail consiste en outre à réfléchir à notre pratique, à nous former et à actualiser nos connaissances. Cette réflexion est indispensable pour prendre de la distance et atteindre une meilleure compréhension des situations cliniques auxquelles nous sommes confrontés.

Enfin, les psychologues jouent également un rôle auprès des équipes pluridisciplinaires de l'EPSM auxquelles ils apportent leur éclairage et leur soutien.

Nous sommes inquiets des suppressions de postes de psychologues, actuelles et à venir, et de la diminution des moyens alloués à la psychiatrie, que ce soit pour les secteurs adultes ou enfants et adolescents ».

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.