Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Agriculture Zones vulnérables : Le Mèner écrit au ministre de l’agriculture

1 03.08.2012 12:07

Dominique Le Mèner, député (UMP), vient d’écrire au ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll, pour lui faire part des craintes des agriculteurs sarthois face à l’extention des zones vulnérables à l’ensemble du département.

La directive « Nitrates » impose aux États membres de l’Union Européenne de surveiller l’état qualitatif de leurs eaux et de définir celles atteintes, ou susceptibles de l’être, par la pollution par les nitrates d’origine agricole.

Considérant que la délimitation des zones vulnérables sur le territoire français n’était pas satisfaisante, la Commission Européenne a saisi le 27 février dernier la Cour de justice de l’Union Européenne.

« Une attention particulière est notamment portée sur le département de la Sarthe, actuellement classé en zone vulnérable sur un tiers seulement de son territoire, rappelle le député. La DREAL de bassin Loire-Bretagne propose d’étendre la zone vulnérable à la totalité du département. Cette proposition d’extension n’est pas justifiée. L’intégration de 2 550 exploitations agricoles au sein de la nouvelle zone vulnérable aurait dans un premier temps des conséquences dévastatrices pour l’élevage sarthois : les éleveurs, ne pouvant répondre à l’immédiateté d’une réglementation durcie et d’une mise aux normes coûteuse, risquent de prendre, contre leur gré, la décision de réduire leur cheptel voire d’arrêter leur activité d’élevage. »

En outre, la baisse de l’activité d’élevage « engendrerait inévitablement de graves difficultés pour le tissu économique local, à commencer par l’industrie agroalimentaire, très présente sur notre territoire (…). L’extension de la zone vulnérable ne serait pas non plus sans conséquence sur l’environnement. En effet, ce sont les troupeaux de ruminants qui maintiennent les paysages bocagers et les prairies, reconnues pour réguler le ruissellement des eaux de pluie et limiter l’érosion des sols. L’herbe, présente toute l’année sur le sol, filtre les eaux qui pourraient être polluées. Comme le carbone, l’azote y est stocké, un phénomène permettant in fine de lutter contre le réchauffement climatique. En cas de retournement de ces prairies, ces éléments retourneraient directement dans le milieu, ce qui favoriserait une augmentation du taux de nitrates dans les eaux. »

Dominique Le Mèner demande donc au ministre « de bien vouloir faire réexaminer cette proposition d’élargissement de la zone vulnérable en Sarthe ».

Commentaires (1)

VACHE FOLLE,episode 2.
mauricette (non vérifié) ven, 03/08/2012 - 18:11

Les difficultés economiques sont toujours une excellente excuse pour ne pas se plier à des normes sanitaires , ces nitrates sont le mediator de notre terre.
l'elevage s'est passé de ces saloperies pendant des siecles et reapprendre à devenir propre ne devrait pas etre si difficile.
Apparemment la "vache folle" n'a pas suffit à faire comprendre aux éleveurs qu'il ne fallait pas recommencer ,ni à ce député.......
Par contre,on pourrait mettre en place un etiquetage permetant de differencier les eleveurs se mettant aux normes et les autres et ansi pouvoir retracer leurs produits .
avec sur la viande l'indication "nitrate" ,dans un conditionnement approprié afin de ne pas contaminer les autres,idem pour les fruits et légumes.

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.