A Shanghai, une première Fête de la musique très sage

0 21.11.2011 09:29

Une quarantaine de groupes se sont produits dimanche à Shanghai dans le cadre de la première Fête de la musique jamais organisée en Chine, une fête très encadrée et sage qui s'est déroulée en partie sous la pluie, un jour avant le reste de la planète.Dans le quartier ultra-touristique de Xintiandi, Les Lions of Puxi, groupe shanghaien de reggae, rugissent avec ardeur, devant une modeste assistance d'une centaine de personnes, Chinois, touristes et expatriés, dont aucun ne danse.Il pleut par intermittence sur Shanghai, mais le père de la Fête de la musique, Jack Lang, arrive radieux et coupe symboliquement le ruban de cette scène de plein air, l'un des 17 sites où se jouent R&B, jazz, rock, reggae, samba, rythmes afro-cubains, folklore ou musique classique, et se produisent des chorales.Dans la métropole de près de 20 millions d'habitants, des trios de jazz jouent devant des bâtisses de l'ancienne concession française, des mini concerts se tiennent dans des galeries d'art et une chorale chante devant le plus vieux temple bouddhique de Shanghai.Marisa Bruni, la mère de la première Dame de France, devait jouer du piano. Dans un ancien abattoir géant, de jeunes Chinois branchés et un grand nombre de Français --très nombreux à Shanghai-- se lâchent un peu en soirée et dansent sur les rythmes des percussions africaines."Pour nous, la Fête de la musique à Shanghai c'est une super consécration", a déclaré l'ancien ministre français de la Culture en lançant la journée en matinée avec une chorale de 500 collégiens français de Shanghai et 200 petits accordéonistes chinois.Cette Fête chinoise doit se prolonger lundi avec la Journée France sur le site de l'Exposition universelle. M. Lang -- comme le consul général Thierry Mathou auquel cette fête a demandé "plusieurs années de préparation" -- a formé "le rêve, ou le voeu, que cette première Fête de la musique se réédite l'année prochaine et que nos amis chinois (...) s'appproprient cet événement".Mais il y aura du chemin à faire."La Fête de la musique? Jamais entendu parler!", lance Lin Limin, une étudiante en gestion de Xiamen (sud-est), "mais ça a l'air sympa".Liu Yihan, fonctionnaire de Xi'an (centre) ne connaissait pas la Fête de la musique non plus. Mais il "pense que ça pourrait prendre en Chine, et même s'étendre aux autres villes que Shanghai".Cette première édition est une Fête de la musique "aux caractériques chinoises".Pas question de descendre dans les rues avec sa guitare ou son saxo et de faire un boeuf avec les amis du quartier: la fête est circonscrite à des sites précis, même si la majorité est en plein air.Le concept lancé par la France a "dû être adapté au contexte local", a expliqué le consul général, avertissant: "il ne faut pas s'imaginer que les Shanghaiens vont déferler dans les rues dimanche. C'est une gageure".Dans un pays où encore récemment les spectateurs aux concerts de rock étaient obligés de rester assis, le parti communiste ne peut toujours pas envisager des rassemblements de foule spontanés comme ceux qui ont fait l'esprit des Fêtes de la Musique dans les 110 pays où elle a essaimé depuis 28 ans."C'est rare en Chine de voir des spectacles de rue", note Wang Jie, un touriste venu de la province voisine du Jiangsu."Ce ne sont pas les habitudes", explique lui aussi Jack Lang à l'AFP, "il a fallu deux ans pour convaincre les autorités de Shanghai d'accepter de libérer certaines places, certaines rues. Mais il arrivera un moment où le cadre s'estompera, je suis assez confiant", dit-il."En tout cas c'est une date. Il faut enclencher un mouvement. Pour moi et pour nous c'est un événement emblématique".Pour le consul général aussi, "l'idée était d'apporter un nouveau concept à Shanghai. On a semé une graine, on espère qu'elle va donner un arbre".

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.